3 août 1907 : naissance du syndicat historique Solidaridad Obrera

3 août 1907 : naissance du syndicat historique Solidaridad Obrera

La Solidaridad Obrera était une organisation syndicale formée le 3 août 1907 à la suite d’un effort de coordination des organisations de travailleurs à Barcelone. C’était le point culminant d’un processus de modernisation du mouvement ouvrier catalan. Il est né comme une tentative de pacte ou d’union entre le mouvement ouvrier socialiste et anarchiste.

Ses principaux promoteurs étaient Antoni Colomé, Badia Matamala, Jaume Bisbe, Ramon Lostau, Fabra i Ribas, Miquel V. Moreno, Tomás Herreros, Josep Roman, Josep Mas-Gomerí et Salvador Seguí. Les premières rencontres ont commencé en mai entre les socialistes, les anarchistes et les secteurs républicains de gauche.

Le 20 juillet, trente-deux entités – socialistes, anarchistes, républicains – ont signé le Manifeste de solidarité ouvrière aux ouvriers de Barcelone, de forte influence libertaire. Les sociétés membres, avec le soutien de Ferrer i Guardia, ont commencé la publication de l’hebdomadaire “Solidaridad Obrera” le 19 octobre 1907. Jusqu’au moment de la Semaine tragique, il avait d’importants collaborateurs, comme Anselmo Lorenzo. A partir de 1910, il devient une publication clairement liée à la création de la CNT. “Solidaridad Obrera” est un élément clé de l’histoire de la presse espagnole pour sa contribution à la diffusion des idées et pratiques anarcho-syndicalistes et du mouvement ouvrier en général.
Dès janvier 1908, l’organisation rassemble 67 sociétés, majoritairement barcelonaises, représentant 12 500 travailleurs. Elle s’étend ensuite à diverses villes de Catalogne, puis dans le reste de l’Espagne. Elle tient son premier congrès du 6 au 8 septembre 1908 à Barcelone. Au cours du mois de juillet 1909, c’est la Semaine tragique à Barcelone : à la suite d’une série d’émeutes contre la guerre de Mélilla et contre le rappel des réservistes, une terrible répression s’abat sur le mouvement ouvrier; le libre-penseur et pédagogue libertaire Francisco Ferrer sera ainsi arrêté et exécuté. Face à l’ampleur de cette répression, Solidaridad Obrera prend conscience de ses limites à pouvoir réagir et de la nécessité de se renforcer.

C’est dans ce contexte que le second congrès est organisé à Barcelone les 30, 31 octobre et 1er novembre 1910.
solidaridad obreraDurant ce congrès, l’organisation décide de prendre de l’ampleur en passant d’un cadre régional à un cadre national. C’est ainsi qu’est créé à partir de Solidaridad Obrera et d’autres sociétés ouvrières espagnoles une organisation syndicale nouvelle ayant une dimension nationale : la Confederación Nacional del Trabajo (en français « Confédération nationale du travail ») ou CNT.

 

A voir aussi dans Portraits de luttes : portrait de  Francisco Ferrer

 

sources : https://www.ephemanar.net/aout03.html#solidaridadob / https://fr.wikipedia.org/wiki/Solidaridad_Obrera_(syndicat_historique) / https://www.nuevatribuna.es/articulo/cultura—ocio/solidaridad-obrera/20150719180152118195.html

Laisser un commentaire