Créée en janvier 2012, l’association Les Dégommeuses est une équipe de football pas comme les autres. La première de ses particularités est d’être essentiellement composée de femmes, lesbiennes pour la plupart.

Leurs objectifs ? Lutter contre le sexisme, les LGBT-phobies et toutes les discriminations.

Leur cadre, offrir un accueil protecteur pour la pratique du foot à des femmes et des personnes trans de tous âges, toutes origines, toutes conditions sociales et tous niveaux sportifs. Encourager les acteurs publics à mettre en place des politiques et programmes d’action favorisant le développement du sport féminin et une meilleure inclusion des minorités sexuelles et de genre dans le sport. Se sortir des clichés et fantasmes consistant à mettre en avant uniquement des sportives adoptant un look et des attitudes conformes aux normes de genre (féminines, sexy, en couple hétéro, mères de famille…) et à dévaloriser toutes les autres (lesbiennes, bi, trans mais aussi femmes hétéros ne correspondant pas au modèle traditionnel de la féminité).

Peu après la création de l’équipe, les actions militantes ne tarderons pas :

le 22 juin 2012, elles invitent des footballeuses et militantes lesbiennes sud-africaines à Paris. « Là bas, les viols « correctifs » pour punir et soi-disant guérir les lesbiennes sont monnaie courante » nous raconte Veronica, une Dégommeuse de la première heure. Il est à noter que l’association Les Dégommeuses permet aux réfugié-e-s, essentiellement lesbiennes, de jouer au football sans débourser un centime. Même les frais de transport leur sont remboursés.

Du 3 au 10 juin 2016, elles organisent un Euro solidaire réunissant 12 équipes d’exilé-es lesbiennes, trans et gays. Les Dégommeuses comptaient ainsi sensibiliser le grand public sur les trajectoires et la condition des réfugié-es, en particulier LGBT.

En novembre 2017 Les Dégommeuses, superviseront la 1ère étude sur le traitement médiatique du foot féminin . Produire des données quantitatives et qualitatives sur le traitement médiatique du foot féminin en France : elle sera réalisée par Alice Coffin à travers une étude systématique des articles publiés dans la presse écrite française entre le 2 et le 25 septembre 2017. L’analyse a porté sur 10 titres de presse (3 nationaux – l’Equipe, France Football, So Foot – et 7 quotidiens régionaux – Le Parisien, Le Progrès, La Provence, Midi-Libre, Sud-Ouest, Ouest-France, La Voix du Nord), soit un corpus total de 188 publications sur 3 semaines. Les résultats de l’étude sont sans appel : non seulement la part occupée par le foot féminin dans les pages sport reste excessivement faible (à peine 2% de l’ensemble des pages consacrées au foot sur la période, à savoir 28 sur 1327) mais le traitement qualitatif se caractérise par son sexisme : des articles supposément consacrés au foot féminin qui nomment, citent et montrent principalement des hommes; d’autres qui se servent du foot féminin pour mieux parler du foot masculin; enfin, pour beaucoup d’entre eux une difficulté patente à évoquer les joueuses en tant que sportives (et non uniquement sous l’angle de leur féminité). L’étude peut être consultée ici.

En septembre 2018, Les Dégommeuses participent à INSPIRE, un projet
financé par l’Union Européenne et mené en collaboration avec Fare
Network et l’organisation polonaise Fundacja dl awolnosci. Ce programme vise à offrir des séances de sport à des personnes exilées, notamment des femmes, mais également à réunir des bonnes pratiques afin de sensibiliser d’autres clubs sportifs à l’intérêt d’inclure dans leurs équipes des personnes migrantes.

En mars 2019, A l’occasion des célébrations pour son vingtième anniversaire, l’organisation FARE network, qui rassemble tous les acteurs européens engagés dans la lutte contre les discriminations dans le football, a décidé de primer les 20 organisations qui ont marqué son histoire. Parmi celles-ci, Les Dégommeuses, pour leur travail pionnier dans la lutte contre sexisme, homophobie, xénophobie.

FARE Network a été partenaire de plusieurs projets emblématiques des Dégommeuses, comme Foot For Freedom, la publication de la première étude sur le traitement du foot féminin dans les médias français, ou encore le projet européen INSPIRE, visant à promouvoir le football auprès des réfugié.e.s.

En mars 2020, Les Dégommeuses ont formé un bloc de footballeuses militantes avec le collectif Contre-Attaque et l’équipe Paris Parc-en-ciel et ont défilé dans les rues de Paris à l’occasion de la marche du 8 mars, brandissant des écharpes de supportrices brodées « Féministe » et « Gouines ».

En Juin 2020, Pour célébrer le mois des fiertés , Les Dégommeuses ont pris colle et pinceaux et ont habillé le mur attenant la Mutinerie pour rappeler que les luttes LGBTQI+ n’ont du sens que si elles s’articulent à d’autres combats minoritaires.
« Pas de racisme dans nos fiertés » est aussi une invitation à poursuivre la réflexion antiraciste au sein même de nos communautés, afin que nos visibilités soient véritablement émancipatrices.

L'équipe 2019/2020 :

photo équipe les dégommeuses

Pour partager :