" Big Jack" : petit retour la grève des mineurs britanniques de 84 /85

Jacky Charlton, est décédé le 10 juillet 2020.

Surnommé « Big Jack » (en raison de sa taille, 1,91 m  – taille immense pour l’époque dans le football), il est l’un des plus grands défenseurs centraux anglais. Il est le frère de Bobby Charlton, avec lequel il remporta la Coupe du monde en 1966. Lorsque Jacky Charlton fut l’entraîneur de Newcastle pour la saison 1984-85, il prêta sa voiture à des mineurs en grève afin qu’ils puissent maintenir un piquet volant – interrogé à ce sujet plus tard, il a déclaré: « C’était le moins que je puisse faire pour mon peuple » – Big Jack, working class hero.

Sa politique de gauche et le soutien des mineurs lui ont probablement coûté le poste en Angleterre.

photo de Big Jack

Petit retour sur cette grève des mineurs britanniques de 1984-1985 est un épisode important de l’histoire de l’industrie britannique, car son déroulement et son aboutissement modifièrent profondément la place des syndicats en Grande-Bretagne.

La grève durera 1 an, de mars 1984 à mars 1985. Elle marquera l’opposition de l’Union Nationale des Mineurs (National Union of Mineworkers) à la Commission nationale du charbon (National Coal Board).

Au total, 32 500 piquets de grève furent comptabilisés pendant cette période. En face d’eux, des milliers de policiers antiémeute, assistés de brigades à cheval, la répression policière sera très violente. Des unités héliportées bloquant les véhicules des militants syndicaux avant leur arrivée sur les carreaux de mines. Les interpellations se feront en grand nombre.

Le gouvernement Thatcher, inflexible s’emploiera à attiser les divisions entre grévistes et non-grévistes.

Elle déclarera : «  l’affrontement relève d’une véritable guerre et le NUM est assimilé à un ennemi de l’intérieur. »

Tous les coups seront permis pour la « Dame de fer » ; il s’agissait de démoraliser l’adversaire, d’utiliser les médias afin de dénoncer l’attitude “irresponsable” des grévistes et à les présenter comme des partisans à une insurrection contre la démocratie.

L’arsenal anti-syndicat adopté par les conservateurs visera à l’étranglement financier du syndicat. En novembre 1984, la séquestration des fonds du NUM par décision de justice empêche ce dernier d’apporter l’aide pécuniaire indispensable aux grévistes. Les conditions de vie des mineurs, dont certains avaient cessés le travail depuis 9 mois, deviendront impossibles.La grève prendra fin le 3 mars 1985 après 358 jours de grève, ce qui en fait le plus long conflit social de l’histoire. Les mineurs reprendront le travail sans avoir rien obtenu. Le coup est dur voire fatal pour les syndicats.

photo greve des mineurs britanniques 84-85
Le 3 septembre 1984, manifestation de soutien aux mineurs britanniques en grève depuis le 12 mars. © Getty / Peter Skingley/Bride Lane Library/Popperfoto
Pour partager :